‪Purcell – King Arthur,‬ Z 628 – ‬Passacaille

Cinq ans après la passacaille d’Armide de Lully le Perfectionniste (1686), voici la passacaille du Roi Arthur de Purcell l’Organique (1691). N’y a-t-il pas quelques influences ? Celle de Purcell n’est-elle pas encore plus jouissive ?
Et toujours ces hautbois, ces dissonances (celle à 3’09 est ma préférée), ces choeurs immenses ! Et que dire de ce qui se passe à 3’55 ? Love ! ❤

How happy the lover,
How easy his chain!
How sweet to discover
He sighs not in vain.

For love ev’ry creature
Is form’d by his nature.
No joys are above
The pleasures of love.

In vain our graces
In vain are your ayes.
If love you despise,
When age furrows faces
‘Tis too late to be wise.

The use the sweet blessing
While now in possessing.
No joys are above
The pleasures of love.

Purcell : 1659 – 1695

Publicités

2 réflexions sur “‪Purcell – King Arthur,‬ Z 628 – ‬Passacaille

    1. Je vois ce que tu veux dire. Je trouve par exemple que les symphonies de Beethoven sont très lourdes. Mais chaque époque a ses trésors.
      Le baroque a aussi longtemps été interprété en mode pompier, par ignorance. Aujourd’hui on le joue beaucoup plus subtilement, comme à l’époque. Il faut donc éviter les vieux enregistrements.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s